Le plus grand palais gothique

la construction du palais pontifical

Jean XXII
premier pape bâtisseur
1316-1334

Il investit la demeure épiscopale, qui jouxte la cathédrale et la transforme en résidence pontificale. A proximité, il fait ériger une salle d’audience dont les vestiges dans la cour d’honneur sont les seuls témoins. Le palais des papes, actuel, est principalement l’œuvre des deux pontifes qui succèdent à Jean XII : Benoit XII et Clément VI. Ils vont édifier le plus grand palais gothique en près de vingt ans.

 

Benoît XII
création d’un palais pontifical
1335-1342

Benoît XII, confie la direction du chantier à son compatriote du comté de Foix, l’architecte Pierre Poisson.

Puissamment assis sur le rocher, l’édifice reprend l’organisation du palais de Jean XXII.

Dominant la ville de ses hautes murailles, telle un donjon, la Tour du Pape est l’élément majeur du chantier. Elle est le cœur des appartements pontificaux, et protège la personne sacrée du pape et les richesses de l’Eglise. Elle est reliée aux bâtiments de la cour par deux corps d’appartements privés.

Dans leur prolongement se trouvent l’aile du consistoire flanquée de la tour des chapelles, ainsi que les tours de Trouillas, des cuisines et des latrines. Des jardins sont aménagés en contrebas. Les ailes du consistoire, des Hôtes, des Familiers et la Chapelle, forment un quadrilatère qui enserre une cour.

Benoît XII fait richement décorer son palais de mobilier, de tentures et de peintures murales.

 

Clément VI
les nouvelles extensions (opus novum)
1342-1352

Dès le début de son pontificat, Clément VI achève la tour de Trouillas, ajoute une nouvelle tour des cuisines et fait construire la Tour de la Garde-Robe, accolée à la Tour du Pape.

Par la suite, l’architecte  Jean de Louvres, originaire de l’Ile-de-France, acquiert le statut de maître des œuvres et supervise toute l’organisation du chantier des nouvelles extensions, qui mobilisera en moyenne 600 hommes dans un contexte pourtant troublé par la guerre de Cent Ans et la peste noire.

Pour commencer, Jean de Louvres fait détruire le quartier voisin et accomplit son œuvre majeure et spectaculaire : l’édification de la Grande Audience que surmonte bientôt la Grande Chapelle, flanquée du Grand promenoir.

L’architecte réalise ensuite l’aile des Grands Dignitaires qui se referme sur un espace semi-public et crée ainsi la Cour d’Honneur.

Avec Clément VI, l'élégance gothique entre au palais. Les croisée d'ogives foisonnent ; sculptures, culots de nervure, moulures, viennent orner la pierre. Il attire à sa cour les plus grands intellectuels et artistes de  l’époque comme le peintre Mattéo Giovannetti et fait d’Avignon un creuset culturel et un foyer d’échanges européens. Il magnifie son palais par  l’attention et l’ampleur qu’il  accorde aux décors (fresques, vitrail, orfèvrerie, mobilier, tentures...).

A sa mort, l’essentiel des bâtiments est construit. Au cours des décennies suivantes, des travaux d’achèvement et des aménagements de confort sont entrepris par Innocent VI (tour Saint Laurent et de la Gâche, galerie du conclave…) et Urbain V (jardin et Roma).

 

Après le retour de la papauté à Rome

Au début du XVème siècle, au sortir du Grand Schisme après les règnes de Clément VII et Benoît XIII, le palais devient la résidence de légats puis de vice-légats, jusqu’à la Révolution. Puis il est transformé en caserne jusqu’à son ouverture au public au début du XXème siècle.

Le Palais de Benoit XII
Le Palais de Benoit XII
Le Palais de Clément VI
Le Palais de Clément VI
Le Palais d'Innocent VI
Le Palais d'Innocent VI